Ce matin, nous sommes plusieurs chez Amplegest à pleurer sur le sort de notre équipe préférée : le PSG a encore subi une humiliation, deux après la tristement célèbre remontada, et devient la risée de toute l’Europe. Comment la puissance, l’organisation et la meilleure infrastructure peuvent-t-elles aboutir à un tel désastre ? Le football est une affaire d’hommes, comme une entreprise finalement. La plus belle société, si elle n’a pas une alchimie entre ses différents talents, si elle ne met pas en place une symétrie des attentions* entre ses salariés et ses clients, court à un échec certain. Les joueurs du PSG, en dépit de rémunérations stratosphériques, sont-ils heureux de jouer en France dans un championnat peu relevé ? De même, les spectateurs (les clients) prennent-ils encore du plaisir à voir toutes les semaines des victoires acquises et faciles contre de faibles adversaires ?

Sans une raison d’être, sans cette obligation d’un bonheur commun entre des salariés et des clients, point de salut possible. Amplegest a beaucoup grandi ces dernières années. Elle figure dans le peloton de tête des sociétés de gestion indépendantes. Mais pour garder le cap et poursuivre sereinement son chemin, elle doit constamment garder à l’esprit cette nécessaire symétrie des attentions.

« Lorsque deux forces sont jointes, leur efficacité est double » écrivait Isaac Newton. La force conjointe de nos salariés et de nos clients devrait, nous en sommes convaincus, nous éviter des désillusions aussi cruelles.

 

*Concept développé par Vineet Nayar selon lequel la qualité de la relation entre une entreprise et ses clients est égale à la qualité de la relation de cette entreprise avec ses propres collaborateurs.

 

lien :**pdf (var pdf)url :**